B- Perception auditive

   Les ondes sonores couvrent une plage de fréquences étendue : moins d'1 Hz à des millions de Hz. Cependant, nous avons vu que l'oreille humaine ordinaire réagit à une bande de fréquences étroites. Tout d'abord, elle ne perçoit pas les fréquences bien inférieures à 20 Hz : au dessous de ce seuil, seul les vibrations sont perçues par le corps. Les sons dont les fréquences sont trop basses pour que nous les entendions sont appelés infrasons. De même, l’oreille humaine ne perçoit par les fréquences supérieures à 20kHz environ et cette limite supérieure de la plage auditive s’abaisse avec l’âge.  Les sons dont les fréquences sont trop élevées pour que nous les percevions sont appelés ultrasons.

 

Acc4 1

 

 

   Les sons que nous percevons ne représentent donc qu’une partie étroite de l’immense spectre que représente l’énergie sonore au sein de laquelle nous vivons. Mais bien que l’oreille ne perçoive pas certains sons, d’autres zones de notre corps y sont sensibles. La thérapie par les sons exploite ces sonorités imperceptibles qui contribuent à son rôle bénéfique.

   On évoque souvent le terme d’ « oreille » pour désigner l’ensemble de l’appareil auditif. Cependant, il s’avère que ce dernier est beaucoup plus vaste que la simple oreille extérieure, visible sur un individu. L’organisme dispose de deux appareils auditifs similaires, situés à gauche et à droite de la boîte crânienne. Ils permettent la réception des sons provenant de l’extérieur.

Chacun de ses appareils est composé de trois parties distinctes : l’oreille externe, l’oreille moyenne et l’oreille interne.

 

Schma de loreille humaine 

 

           • Oreille externe :

 

  Tout d’abord, l’oreille externe est le premier élément de l’appareil auditif. Elle est composée de deux éléments : le pavillon (seule partie de l’appareil auditif visible de l’extérieur) et le conduit auditif. L’oreille externe assure le transfert des sons vers le tympan. Le pavillon sert d’amplificateur aux sons environnants. Il concentre les ondes sonores et via le conduit auditif les envoient vers le tympan qui forme la frontière avec l’oreille moyenne.

 

           • Oreille moyenne :

 

   L’oreille moyenne est la partie centrale de l’appareil auditif, c’est une cavité remplie d’air qui se situe entre le tympan et l’oreille interne.  Elle est composée du tympan et de 3 osselets : le marteau, l’enclume, et l’étrier (ces noms proviennent tout simplement de leur forme caractéristique).Ces trois osselets reliés à la paroi auditive par une série de muscles servent de régulateur de l’intensité.  La vibration du tympan est à l’origine du mouvement de la chaîne des osselets. Le rôle du tympan est de transmettre les sons de l’oreille externe à l’oreille interne.  Les ondes sonores en vibration, caractérisées par leur fréquence et leur intensité, sont converties en vibration mécanique par l’oreille. Les sons faibles sont amplifiées, les trop fortes intensités sont atténués, afin d’éviter douleur ou même rupture du tympan.

 

           • Oreille interne :

 

   Elle assure la perception des sons. Son ensemble, le labyrinthe est composé de deux organes sensoriels : la cochlée (ou limaçon) et le vestibule. Les vibrations ainsi recueillies par le tympan puis par les osselets sont transmises à la cochlée, remplie de liquide. L’action de l’étrier entraine des mouvements dans le liquide. Ces mouvements correspondent désormais au son. Les vibrations se propagent  donc dans les fluides de la cochlée qui mettent en mouvement une membrane élastique appelée membrane basilaire, déroulée dans la cochlée. Plus le son a une fréquence élevé, plus le mouvement du liquide est important, et plus le son a une fréquence faible, moins le mouvement du liquide est important.    

 

Le nerf auditif

   Le signal électrique est alors recueilli par le nerf auditif. Ce nerf est un nerf sensoriel divisé en deux parties : le nerf vestibulaire et le nerf cochléaire. Le nerf vestibulaire reçoit les informations concernant l'équilibre de l'oreille, mais il n'intervient pas dans la transmission des sons, contrairement au nerf cochléaire.  Son rôle est de transmettre au cerveau le signal électrique. Les informations auditives arrivent ensuite dans le cerveau au niveau du thalamus auditif ou du corps genouillé pour atteindre finalement l’aire auditive située dans le sillon du lobe temporal du cerveau.

   Lorsqu'une personne écoute de la musique, le stimulus déclenché parvient au cerveau grâce aux nerfs auditifs. Le cortex auditif s'active en premier et effectue l’analyse primaire des éléments les plus importants de la musique, comme la hauteur du son ou le volume. Ensuite, les zones frontales analysent la structure du morceau : la mélodie, l'harmonie ou la tonalité du morceau, par exemple. Au même moment, le cervelet gère le rythme de la musique. Enfin, s’active le système limbique qui produit de la dopamine, neurotransmetteur principalement responsable de l’excitation et du plaisir. Le fait que de la dopamine soit libérée lorsqu'on écoute de la musique est une preuve que la musique produit du plaisir, et donc qu'elle a un impact émotionnel exploitable. De plus, la musique augmente aussi la sécrétion de la mélatonine C, hormone associée à la régulation de l’humeur et diminue le niveau de cortisol, hormone responsable du stress.

 

Schéma bilan 

 

Emission 

 

 

PAGE SUIVANTE :  C- Musique et émotion

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site